Aménagement paysager au Québec; L’importance de bien planifier son Projet

Rencontrez le propriétaire pour une gestion de projet sans compromis

Pour une soumission immédiate, composez-le: 418-848-9476
  • Obtenez rapidement votre soumission gratuite!

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
arrow-yellow

Comment bien planifier son projet de terrassement?

amenagement_paysager_au_quebecAménager son environnement domestique extérieur, voilà qui est de plus en plus populaire. Et c’est tant mieux! La planète y gagne de même que l’aspect de nos banlieues. Mais, comme pour tout projet, un paysagement demande réflexions, préparatifs et vérifications préalables. Bref, une bonne planification est de rigueur. Les professionnels de Paysagiste de la Capitale vous proposent ici certains points à considérer avant « de vous lancer ».

Qu’avez-vous en tête?

Plusieurs réalisations d’aménagement paysager du Québec vous ont inspiré, vous avez de grandes idées. Bien. Il faut cependant cibler vos préférences, car votre terrain ne peut tout intégrer. Par exemple, l’installation d’un ensemble piscine/spa dans votre cour arrière ne permettra pas vraiment d’y jouer au soccer avec les enfants ni d’y faire un grand potager ensoleillé. Avec une vision d’ensemble, il est plus facile de déterminer ce qui composera votre aménagement : cabanon, terrasse, clôture, remise, nouvel escalier d’accès, ornementation arbustive ou florale, fontaine, espace BBQ, pergola, etc.

La question de l’entretien.

Les végétaux ne sont pas inanimés; vous devez en tenir compte dans vos choix initiaux. Les jardiniers dans l’âme pourront aménager plates-bandes et rocailles. Sachez néanmoins que cinq planches florales de 10 pi par 3 pi peuvent exiger jusqu’à quatre heures d’entretien par semaine (taille, désherbage, etc.). Ceux qui pensent « gazon mur à mur » doivent aussi savoir qu’une surface verte de 6000 pi2 demande de trois à quatre heures de travail (tonte, balayage, etc.), et ce, deux fois par mois en moyenne.

Il y a aussi le pratico-pratique

Les nouveaux propriétaires de maison sont souvent impatients. Attendez toutefois une année complète avant d’entreprendre vos travaux d’aménagement paysager ; vous connaîtrez mieux le potentiel de votre terrain et vos besoins. Par exemple, le cabanon est-il à déplacer ou à remplacer? L’espace voiture est-il suffisant? Y a-t-il des endroits où vous aimeriez ne pas être exposé au regard des passants, des voisins? Le coin des bacs et poubelles ou celui du compostage est-il bien situé? Nuira-t-il à la future corde à linge? Etc.

Suivre les règlements

Certains aménagements paysagers nécessitent des travaux importants. Ils devront alors respecter le Code de construction du Québec. Le Code national du bâtiment est aussi pertinent. Matériaux, emplacement, dimensions, style des structures, etc., tout y est normé. Ensuite, il est impératif de se procurer les permis municipaux requis — prévoir quelques semaines. Attention : les règlements varient d’une municipalité à une autre. Enfin, il y a le certificat de localisation de votre propriété; il en indique les limites et montre l’emplacement de servitudes (conduites souterraines d’électricité, d’eau, d’égout, etc.) dont il faut tenir compte lors de tout terrassement.

La nature a aussi ses règles

Ce n’est pas une légende urbaine : l’aménagement paysager fait augmenter le prix de vente d’une maison, et ce, de l’ordre de 25 ¢ à 50 ¢ pour chaque dollar investi. On comprend alors pourquoi beaucoup de gens réalisent ce type de travaux. Cela dit, leurs espoirs seront… terrassés s’ils ne portent pas au préalable une attention particulière aux caractéristiques botaniques de leur terrain : l’ensoleillement, le type se sol, la zone de rusticité, etc. Tant la durabilité de certains éléments structuraux (murets, par ex.) que la survie des plantations dépendent de ces facteurs.

Rusticité 101

Quelques notions de base vous permettront d’éviter le pire. Sachez d’abord que les vieux arbres et arbustes qui se trouvent sur votre terrain constituent un bon indicateur. Ils y sont adaptés, « rustiques » — si vous souhaitez les abattre ou les arracher, il vous faudra une autorisation de votre municipalité —. Mais de quelle rusticité s’agit-il?

En fait, chaque arbre ou plante vivace est associé à une zone de rusticité; c’est là où il croît naturellement. Agriculture Canada a déterminé des zones de rusticité pour le Québec selon le climat et la résistance des végétaux au froid. Elles vont de 1 à 5 (1 étant la plus froide et 5 la plus chaude) et chacune est divisée en deux sous-zones : a et b. Tout dépendant de la protection artificielle ou naturelle existante (créant un microclimat), un végétal pourra survivre dans une zone légèrement plus chaude ou plus froide que celle qui correspond à sa plage de tolérance.

Vent et ensoleillement

Les végétaux sont également sensibles au facteur éolien. C’est que le vent accentue l’assèchement du sol et qu’il amincit la couche de neige (un isolant pour les plantes fragiles). Si votre terrain est exposé aux vents du nord et de l’ouest, l’érection d’un brise-vent est pertinente. Planter des espèces végétales tolérantes (rusticité) est une autre option. Ombre partielle, totale ou à l’inverse absente; tout bon paysagiste en tient compte. La quantité de lumière est donc une autre variable à considérer. Et pas seulement au bénéfice de vos végétaux (certains préfèrent l’ombre), mais aussi pour vous. La piscine, la terrasse, le cabanon, etc., ont aussi leur zone!

Tout part du sol

Une bonne planification ne peut faire abstraction des types de sols. Un sol sablonneux est léger et pauvre, mais il se draine bien, alors qu’un sol argileux est lourd et compact, avec une tendance à retenir l’eau. Le sol limoneux se situe entre les deux. Les analyses de sol assurent non seulement de bons choix de végétaux, mais elles permettent aussi d’utiliser des techniques et des matériaux adéquats (éléments structuraux).

Autre conseil : mesurez la pente de votre terrain et assurez-vous que tout votre aménagement paysager n’en altère pas le drainage. Il faut absolument que les eaux de pluie et de fonte ruissellent dans la direction opposée aux fondations de votre maison. Le pourcentage de la pente doit être suffisamment élevé (5%) et constant afin d’éviter la formation de bourbiers : une dépression de ¾ de pouce par pied sur une distance d’au moins cinq pieds à partir des fondations est suffisante.

Et rien n’échappe aux professionnels

Le terrassement, l’excavation et l’aménagement paysagers, même autour d’une simple résidence, constituent un travail relativement complexe dont il ne faut pas sous-estimer l’envergure. N’hésitez pas à demander conseil à nos professionnels. Paysagiste de la Capitale et son équipe de paysagistes à Québec offre un service sans faille et complet, de la conception à la réalisation.